fbpx
It's time for child care for all - Des services de garde éducatifs pour tous

Lettre au Ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social Ahmed Hussen

L’honorable Ahmed Hussen, C.P., député fédéral
Ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social
Chambre des communes
Ottawa (Ontario)

Le 14 avril 2020

Monsieur le ministre,

Je vous écris de la part de trois organisations nationales dédiées aux services éducatifs et de garde à l’enfance: Un enfant Une place (Association canadienne pour la promotion des services de garde à l’enfance), Fédération canadienne des services de garde à l’enfance (FCSGE) et Childcare Resource and Research Unit.

Un enfant Une place et la FCSGE vous ont écrit en mars dernier pour vous mettre en garde contre les risques particuliers que présente la COVID-19 pour le secteur de l’apprentissage et de la garde des jeunes enfants (AGJE) au Canada. Il s’agit d’un secteur intrinsèquement fragile qui dispose de peu de réserves pour surmonter les perturbations et le chaos engendrés par cette pandémie. Dans cette correspondance et d’autres communications, nous avons plaidé pour une initiative coordonnée et financée par le gouvernement fédéral dans le but de soutenir le secteur de l’AGJE et d’assurer la survie des services de garde agréés afin qu’ils puissent soutenir l’économie du Canada et sa relance pendant et après cette pandémie.

Bien sûr, nous sommes au courant des vastes programmes fédéraux mis en place pour venir en aide aux entreprises et aux organismes à but non lucratif dont les recettes ont chuté et nous connaissons aussi les mesures de remplacement du revenu visant à soutenir financièrement les personnes mises à pied temporairement ou ayant perdu leur emploi et qui ont grandement besoin de cette aide. Cependant, notre surveillance étroite de l’évolution de la situation dans le secteur de l’AGJE nous indique que ces mesures ont un effet limité et un succès inégal pour aider les fournisseurs de services de garde au pays et leur personnel. En outre, bien que des territoires et certaines provinces fournissent de l’aide supplémentaire au secteur, en raison de la diversité des approches, certains services en profitent plus que d’autres et certains, pas du tout. Cette situation cause d’importantes iniquités au sein du secteur et entre les provinces et les territoires. Nous craignons qu’à la sortie de cette pandémie, les écarts dans les services éducatifs et de garde à l’enfance au Canada soient encore plus grands que maintenant et que ces écarts deviennent un obstacle majeur à la croissance économique, à l’égalité entre les hommes et les femmes et au bien-être des familles durant la période de rétablissement et au-delà.

Le secteur de l’AGJE est différent de tous les autres. Sa survie repose sur un programme fédéral distinct pour encourager le déploiement soutenu d’une intervention fédérale, provinciale et territoriale coordonnée et équitable. En nous appuyant sur notre connaissance approfondie du secteur, nos trois organisations, de concert avec des associations de services de garde, des représentants de la main-d’œuvre du secteur et d’autres acteurs, ont élaboré un cadre pour ce programme. Nous l’annexons à la présente et nous vous demandons de l’examiner avec attention et en toute urgence.

Nous souhaitons vivement participer à une conférence téléphonique avec vous pour vous expliquer en détail notre proposition et discuter des autres preuves dont vous avez besoin pour convaincre vos collègues du Cabinet de l’urgence d’agir.

Veuillez recevoir l’expression de mes sentiments respectueux,

Morna Ballantyne
Directrice générale
Un enfant Une place
(Association canadienne pour la promotion des services de garde à l’enfance)

Pièce jointe [2 pages]

c.c. Membres du Comité du Cabinet pour la COVID-19
Ministre des Femmes et de l’Égalité des genres
Don Giesbrecht, PDG de la Fédération canadienne des services de garde à l’enfance
Martha Friendly, directrice générale, Childcare Resource and Research Unit